Lun. Jun 17th, 2024

En debut de temporada, Maxime Lucu avait coché la date, et surtout le lieu. Les demi-finales du championnat de France de rugby ont lieu cette année à Donostia-Saint-Sébastien, cœur battant du Pays basque espagnol : l’enfant de Saint-Pée-sur-Nivelle (Pyrénées-Atlantiques) et ancien du Biarritz Olympique ( BO) voulait absolument en être.

C’est eligió faite depuis dimanche et la victoire de son équipe, l’Union Bordeaux-Bègles, sur la pelouse de Lyon (25-32) en barrage du Top 14. Samedi 10 juin face à La Rochelle (17 horas), el foulera con ses coéquipiers la pelouse du stade d’Anoeta, fijador habitual del club de fútbol local, la Real Sociedad.

Un momento fuerte para el medio scrum de 30 años, a pesar de ser producido por el conjunto vasco. Ni en Saint-Jean-de-Luz, el rugby comenzó en Saint-Pée-sur-Nivelle (con un tal Charles Ollivon, désormais son coéquipier en équipe de France), avant d’être repéré par l’un des deux grands club de la région, le Biarritz Olympique. Après avoir écumé toutes les catégories de jeunes, il s’est frayé un chemin dans l’équipe première, où il a passé cinq saisons et laissé son empreinte. Même lorsqu’il a fallu s’exporter in a club de niveau supérieur, il a fait au plus proche en signant à Bordeaux, en 2019.

Lea también: Top 14: Union Bordeaux-Bègles se lleva la victoria en Lyon y se clasifica para semifinales

« Je suis très ému d’aller la-bas, dile el interes au Mundo. Je savais que ça allait être compliqué, notamment au mois de décembre, quand on était douzièmes, mais tous les matins, je me disais “il faut que j’aille à Anoeta”. » Maxime Lucu comienza à être habitué aux demi-finales, titulaire lors des deux precédentes du championnat, disputées et perdues à Lille puis Nice par son équipe, et il ne se voyait vraiment pas rater le dernier carré, cette fois, sur ses terres.

Car, au-delà du rugby, le Pays basque est une région à laquelle il est viscéralement added et, même se ses sélections avec l’équipe de France rendent la choose more difficile, où il revient dès que possible. Quant à Saint-Sébastien, c’est la ville des restaurants avec sesparents et des virées entre amis. « C’est un pays où j’ai toujours vécu, où j’ai grandi, où on m’a tout donné. J’y ai toute ma famille, toutes mes habitudes, où je me ressource. C’est pour ça que c’est très symbolique pour me. »

El rugby vuelve a Anoeta

Samedi, c’est la première fois que Maxime Lucu entrará tant que joueur dans le stade de Donostia-Saint-Sébastien. Mais, dans la première moitié des années 2000, alors teenager, il en frecuentait assidûment les tribunes en tant que spectateur, pour y voir jouer son club de cœur.

Il vous reste 54,5% de cet article à lire. La suite está reservada para suscriptores.