Sáb. Mar 2nd, 2024

Ly Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop), qui aime les slogans, aurait pu faire sienne la maxime attribuée à Pierre de Courbertin, « l’important dans ces olympiades, c’est d’y prendre part » – currículum plus communiment it «l’important, c’est de participer». Si elle ne l’a pas repite explícitamente, la dirección de París 2024 s’en est inspirée dans la teneur du message adressé aux collectivités orientales, appelées » comprometerse « dans l’aventure olympique même si elles ne verront que de loin l’événement. « Se puede invertir todo el mundo »avait lancé, de noviembre de 2018, Tony Estanguet, le président du Cojop.

L’invite a été entendue. A preuve : 239 collectivités viennent d’exprimer leur volonté de déployer des «lugares de celebración» (fan-zones) etiquetadas como «Clubes 2024». Cela s’ajoute aux plus de 3 200 collectivités qui disposent du label « Terre de Jeux », créé since 2028 par Paris 2024, et aux soixante-quatre «territorios» qui se sont associés au parcours du relais de la flamme olympique.

De hecho, il n’a pas fallu beaucoup insister auprès des collectivités sur l’importance de participer. Premier financeur du sport, elles avaient fait savoir, très tôt, qu’elles entendaient être partie prenante de l’événement de l’été 2024.

Este compromiso ofrece una palanca sagrada a los organizadores de los juegos: c’est sur les «territoires» qu’ils tablent pour toucher « tous les français » y mantener la promesa de «Juegos populares», à travers les operaciones que acompañan al evento. Como la distribución gratuita (y donc l’achat) de 600 000 asientos, supongamos que paga un poco por las frustraciones suscitadas por las dos primeras fases de la venta de palanquillas.

C’est là d’ailleurs une illustration du corollaire du message « l’important, c’est de participer » : il peut se décliner en un «à votre bon coeur». Car, pour les collectivités, participer et faire participer leurs administrés à l’aventure olympique revient à supporter el cargo de estas iniciativas. Pas question de computer – ou si peu – sur un soutien de Paris 2024 (presupuesto de 4.380 millones de euros).

Lo importante es n’est pas que de participer

Esta situación n’a que peu provocó tensiones, hormis à propos du relais de la flame olympique, pour lequel les départements souhaitant figurer sur le parcours devaient s’acquitter de 180 000 euros, ce qui a conduit un Certain nombre d’entre eux candidatos à ne pas se porter.

Pour autant, n’entendant pas se contenter des appels du pied qui leur sont adressés à l’occasion des Jeux, Certains élus considèrent que « l’important, c’est de participer » et «A votre bon coeur» válido también para el Estado: el gobierno de la chaperona que implementa una política en el deporte favorito que es tan importante -en términos de los créditos asignados- y perdurable -sólo en el período de los juegos es apremiante.

Il vous reste 21,4% de cet article à lire. La suite está reservada para suscriptores.